Richard Scoffier
le samedi 07 mai 2011
ouvrage
Paris, Norma, 2011, 116p.

 

Résumé :

Richard Scoffier donne des clés pour comprendre l'architecture d'aujourd'hui. Il met en parallèle des édifices emblématiques de l'architecture contemporaine avec quatre types de transformations majeures qui révolutionnent notre environnement. Les objets qui, du téléphone portable à l'ordinateur, et aux appareils électroménagers, envahissent l'espace et refusent d'être considérés comme de simples instruments pour mieux renverser la relation de subordination qui les lie à leurs utilisateurs.

Les écrans et les affiches qui s'immiscent dans la ville traditionnelle et tendent à l'aplatir aux deux dimensions d'une surface. Les milieux et les non-lieux qui germent en tous les points de la planète et contaminent des sites pensés de génération en génération comme l'expression d'une identité et d'une culture spécifique, pour mieux les niveler et les uniformiser. Les événements qui, scandés par les journaux, la radio et la télévision, imposent une nouvelle forme de temporalité soumise à la loi de l'instant se substituant au temps fondé sur la succession du passé, du présent et du futur.

Ces quatre types de transformations ne doivent pas être rejetés au non d'une morale ou de valeurs transcendantes, ils sont la morale implicite et les valeurs immanentes de notre monde. De l'objet spécifique de Donald Judd à l'objet singulier de Jean Nouvel ; d'Instant City d'Archigram aux hangars décorés de Robert Venturi ; des dômes géodésiques de Richard Buckminster Fuller aux serres habitables d'Anne Lacaton et de Jean-Philippe Vassal ; des accumulations programmatiques de Rem Koolhaas aux générateurs d'événements invoqués par Bernard Tschumi, l'auteur explique comment certaines démarches architecturales ont commencé, consciemment ou inconsciemment, à collaborer avec ces nouvelles puissances qui modèlent, pour le meilleur et pour le pire, notre contemporanéité.