Maud Leonhardt Santini
le samedi 01 décembre 2012
ouvrage
Paris / New-York, Magen H. Gallery Editions, 2012, 288p.

 

La Borne est le nom d’un hameau reculé, au cœur des forêts du Berry, dans le centre de la France. Dès le milieu des années 1940, des artistes viennent s’y établir. Ils réinvestissent le savoir-faire ancestral des potiers locaux pour produire un travail singulier.

Maud Leonhardt Santini, historienne, anthropologue et enseignante à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles, a rédigé un texte innovant s'appuyant sur une riche bibliographie et des témoignages. Elle explique de façon convaincante comment ce village d'artisans potiers est devenu un foyer de création artistique qui a permis l'émergence d' « une modernité en céramique » à partir des années 1940. Elle s'appuie sur une interprétation du lieu, un rappel historique de l'évolution des artistes et une recherche des liens entre les personnalités et leur environnement culturel qui donne une grande force à son écrit. Elle montre à juste titre l'importance du mouvement abstrait de l'après-guerre, de l'architecture moderne, du rôle de passeur d'André Bloc directeur de la revue Aujourd'hui, art et architecture et des relations avec Paris dont La Borne avec le développement de la voiture en a fait un élément de sa nébuleuse culturelle. Elle souligne la place des ateliers et des écoles d'art comme lieux d'initiation.