Jean Castex
le jeudi 03 septembre 2009
ouvrage
Paris, Éditions de la Villette, 2009, 396p.

 

Prix de La Ville à lire 2010, décerné par France culture et la revue Urbanisme.

Si le grand incendie de 1871 vient un temps interrompre son essor, il permet  de penser une reconstruction de la ville selon des critères modernes. Ainsi naît l’école d’architecture de Chicago, véritable laboratoire d’expériences architecturales avec le premier gratte-ciel à armature d’acier. Capitale du crime organisé lors de la Prohibition, Chicago prospère néanmoins et n’en finit pas de se transformer pour prendre, durant les années 1930,  son aspect actuel. 

Entre 1910 et 1930, la rivière va voir son cours remodelé et permettre ainsi le développement du « Loop », ce quartier d’affaires et de commerces qui constitue le cœur même de la ville. Mais ce centre manque d’espace constructible, il va falloir construire sur les énormes voies de chemins de fer qui ont fait sa prospérité, bref inventer du sol à bâtir. Ainsi naissent les rues à étages qui vont rapidement être bordées d’immeubles aux caractères novateurs et proposant des cohabitations d’activités inattendues comme un opéra logé dans un bâtiment d’affaires. Une telle mixité d’activités entraîne des prouesses d’invention que seule l’alliance d’ingénieurs et d’architectes permettent. Ces travaux de voiries, d’urbanisme et d’architecture annoncent et anticipent les transformations advenues aux autres villes depuis lors y compris en ce XXIe siècle naissant. 

  

Éditions de la Villette, 2009.