• user notice: The custom_breadcrumbs_nodeapi() function called token replacement with an array rather than a string for $text in /srv/www/leav.versailles.archi.fr/public_html/sites/all/modules/contrib/token/token.module on line 263.
  • user notice: The custom_breadcrumbs_nodeapi() function called token replacement with an array rather than a string for $text in /srv/www/leav.versailles.archi.fr/public_html/sites/all/modules/contrib/token/token.module on line 263.

Philippe Potié

Membres

Philippe Potié

Statut : Professeur titulaire à l’énsa-V

Discipline : Histoire et cultures architecturales (HCA) 

Courriel : philippe.potie@versailles.archi.fr 

 

Fonction(s) à l’énsa-V :

Professeur en Histoire et cultures architecturales

Chercheur au LéaV

 

Formation / Parcours :

  • 2005 : Habilitation à diriger des recherches, EHESS, discipline Histoire et Civilisations, mention « histoire de l’architecture/histoire des techniques », direction : Professeur Jean Dhombres (histoire des sciences). Titre du mémoire : Architecture : territoires et mémoires de l'expérience constructive. 
  • 1984 : Doctorat de 3° cycle Histoire de l'art et des civilisations, École des hautes études en sciences sociales, directeur de thèse : Monsieur le Professeur Louis Marin : Philibert de L'Orme : la théorie du projet architectural à la Renaissance. 
  •  1978 : Architecte DPLG, École d'architecture de Grenoble, directeur d'étude Sergio Ferro. Thème : Genèse et fonction du dessin architectural.

Après avoir été chercheur contractuel (ITA) dans le laboratoire Dessin/Chantier de l’École d'architecture de Grenoble, dirigé par Sergio Ferro, en 1992 Philippe Potié devient maître assistant à l’École d'architecture de Grenoble, dans le champ Histoire et cultures architecturales, responsable, entre autres, du master de l’équipe enseignante regroupée sous l’intitulé « Cultures constructives », et membre du laboratoire Dessin/Chantier. De 1998 à 2001, il est membre du laboratoire de recherche GRAI (Groupe de recherche sur l’architecture et les infrastructures), Énsa Versailles, responsable Claude Prélorenzo. En 2002, il prend la direction de l'équipe de recherche Cultures constructives. En 2006 : Professeur à l'Énsa Grenoble (histoire et cultures architecturales) ; directeur de thèses de doctorat. En 2008, il est nommé professeur à l'Énsa Versailles ; l'équipe Cultures constructives est habilitée en tant que laboratoire de recherche par le ministère de la Culture et de la Communication.

Depuis 2010, il est responsable de l’axe de recherche Culture Architecture Technique au sein du Laboratoire de recherche de l'école d'architecture e de Versailles (Léav).

 

Activités administratives

Membre du Conseil du LéaV

Anciennes responsabilités :

Membre du Conseil d’administration de l’énsa-V de 2010 à 2012.

 

Activités d’enseignement

Professeur HCA, en licence et doctorat d’Architecture.

Direction et co-direction de thèses de doctorat en architecture; garant de HDR

liste sous la rubrique thèses en cours et soutenues

 

Activités de recherche

Domaine(s) de recherche :

Culture, Architecture, Technique

Recherches en cours :

  • « Figures et images de la technique dans l'écriture architecturale », en cours.

L'objectif de la recherche est de publier, dans le prolongement du travail de HDR, une synthèse de mes travaux. En reprenant les conclusions de mon mémoire, il s'agira d'analyser le projet architectural au regard de la double thématique de la "figure" et de "l'image". L'ambition est de rendre compte de la circularité du mouvement de matérialisation/abstraction propre au projet architectural, en mettant en regard l'univers des figures techniques et l'espace imagé de la fiction architecturale.

Figure

Sous le registre de la figure, on placera l'ensemble des procédures qui permettent de concevoir et de produire des éléments discrets, individualisables : détail constructif, assemblage structurel, texture. Le regard porté est celui anthropologique de Semper qui élève la procédure technique au rang d'une stylistique. L'acte créatif se joue ici dans la précision du travail de la main, de l'outil, de la technique. La qualité visée est celle du traitement du matériau, de sa couleur, de son grain, de son assemblage, de sa "tectonique". La figure de la tresse comme mode et comme motif en est le paradigme célèbre et nous mettrons en lumière les multiples jeux géométriques et graphiques qui, dans le champ de l'architecture, ressortent de ce niveau d'engendrement de variations formelles.

On distinguera dans ce cadre deux modes de variation : le premier "rythmique", le second "géométrique". Le premier fixe sur la base d'un choix d'éléments modulaires, des systèmes de mesure et de proportion d'où procèdent les principes rationnels d'ordre, de standard, de norme qui fournissent eux-mêmes le support à des "variations" rythmiques (répétition, assemblage, collage). Le second, plus complexe, joue sur les déformations que l'on peut générer à partir de tracés géométriques savants.

C'est à la description de ces figures de style tout à la fois techniques et stylistiques que sera consacrée cette première partie. Il s'agira de comprendre comment un "thème" technique est scandé, rythmé, déformé, transformé, découpé, réassemblé de manière réglée.

Image

Sous le registre de l'image, il s'agit de mettre en évidence une démarche qui, à l'inverse, procède par globalisation, en fournissant l'élément indispensable à la variation figurative : le "thème". En effet, nos travaux nous ont montré que l'ordre des procédures techniques et figuratives n'était pas à même de faire émerger une thématique, un modèle, une référence, un univers fictionnel consubstantiel au projet architectural. À l'inverse, la production par "l'imaginaire" d'une représentation synthétique, imagée, où s'identifient une visée et une vision projectuelle constitue une procédure dont il faut rendre compte. La question posait est donc ici celle de la fabrication de "l'image" architecturale.

Nous avons construit pour répondre à cette interrogation l'hypothèse d'un "rabattement temporel" qui historicise le procès d'édification dans l'espace d'un récit, d'une légende, d'un mythe, d'une histoire, d'une pensée "imagée". Notre thèse est celle d'un rabattement temporel qui projette en fiction historique le présent de la technique. Au présent de l'engendrement de la figure technicienne répondraient dans l'espace recadré de la fiction architecturale, à la fois un retour à une origine mythique et une projection "utopique" vers un devenir. L'image-récit offrirait une substance, une accroche référentielle au processus de variation thématique. La pensée ruskinienne est le modèle de cette sublimation à la fois éthique, poétique et esthétique qui fait du geste, de la matière, de la technique les substrats de l'imaginaire architectural.

L'articulation de ces deux niveaux d'énonciation de l'architecture essaiera de rendre sensible le basculement du matériel au spirituel, de l'abstraction à la concrétisation, qui s'opère dans les glissements figuratifs et les recadrages fictionnels de l'énonciation architecturale.

  • Depuis 2011 : « Figures des territoires de l'entropie, climats et recroissances des métropoles transfrontalières », recherche IMR (IGNIS MUTAT RES) lancée par le BRAUP (Ministère de la Culture et de la Communication), LéaV, équipe Florian Hertwerk, Djamel Klouche et Philippe Potié (dir.), recherche en cours. Présentation aux séminaires scientifiques IGNIS MUTAT RES des 24-25 novembre 2011, et 22-23 novembre 2012.

Séminaire du laboratoire, groupe de travail :

  • Séminaire doctoral : Territoires et imaginaire du projet architectural. Programme 2012-2013 : Les techniques de fiction du projet architectural. Voir les programmes développés dans la rubrique « Doctorat ».
  • Co-organisation, avec Florian Hertweck et Djamel Klouche, du séminaire de recherche « Climats et recroissance des territoires transfrontaliers : 6 figures prospectives », École nationale d’architecture de Versailles, 6 juillet 2012.
  • Participation aux Journées doctorales CRIT 2012 : Cours magistral « Architecture, temps et contretemps », 13 décembre 2012.

 

Publications

Ouvrages :

  • Le Corbusier, the monastery of Sainte Marie de la Tourette, bilingue, anglais-chinois, ed Birkhauser/ China architecture & Building Press, 2006.
  • Le couvent Sainte Marie de la Tourette, Fondation Le Corbusier/ Birkhäuser, 2001 (bilingue français- anglais).
  • Philibert de L'Orme, figures de la pensée constructive, Marseille, Parenthèses, 1996.

Direction d’ouvrages et de numéros de revues :

  • André Ravéreau, l’atelier du désert, Marseille, Parenthèses, 2003 (ouvrage collectif sous la direction sous la direction de Ph. Potié et Rémi Baudouï).
  • Réédition de Construire avec les aciers, Éditions du Moniteur (responsable de la publication en collaboration avec G. Delhumeau), 2002.
  • « Culture constructive », Cahiers de la recherche architecturale, n° 29, 3° trim. 1992, Parenthèses. Rédacteur du numéro en collaboration avec C. Simonnet.
  • Écrire l'architecture : éditeurs, catalogues, bibliographie, annuaire des éditeurs d'architecture, CRL Languedoc-Roussillon-BRA, 1991.
  • Le couvent de la Tourette, Sergio Ferro, Cherif Kebbal, Philippe Potié, Cyrille Simonnet, Marseille, Parenthèses, 1987 (édition en japonais, Toto Shuppan, 1997).
  • L'idée constructive en architecture, Actes du colloque tenu à l'École d'architecture de Grenoble, novembre 1984, Paris, Picard, 1987 (responsable de l'édition).

Articles (dernières années) :

  • « L'œil de la théorie », Le visiteur, n° 17, nov. 2011, p 54-64 (Theory's eye, p 171-175).
  • « Les traités de coupe des pierres antérieurs à Gaspar Monge », in Encyclopédie des métiers, La maçonnerie et la taille de pierre, tome 2 « Le savoir des bâtisseurs », chap. 2 Le témoignage des bâtisseurs, Paris, Librairie du compagnonnage, 2010, p. 57- 76.
  • « Le dessin : de la mémoire des tracés à la fiction des images », in Encyclopédie des métiers, La maçonnerie et la taille de pierre, tome 2 « Le savoir des bâtisseurs », chap. 1 Le rôle du dessin dans l'architecture, Paris, Librairie du compagnonnage, 2010, p. 11- 24.
  • « New-York, le nègre et le schizophrène », Le visiteur, n°16, nov 2010, p 43-54, (New-York, the ghostwriter, and the schizophrenic, Le visiteur, n° 16, p 126-131).
  • « L'archétype contre la figure », in Tempo, forma, immagine dell'architettura. Scriti in onore di Vittorio Ugo, Milan, Officina édition, 2010, p. 132-134.
  • « Les Temporalités de l’histoire de la construction », in Édifice & artifice, histoires constructives, recueil de textes issus du premier congrès francophone d'histoire de la construction, Paris, 19-21 juin 2008, sous la direction de R. Carvais, A. Guillerme, V. Nègre, J. Sakarovitch, Paris, Picard, 2010, p 53-57.
  • « Le tracé d'épure, des carnets médiévaux aux traités de stéréotomie », in Jean-Philippe Garric, Valérie Nègre, Alice Thomine-Berrada, La construction savante. Les avatars de la littérature technique, Paris, Picard, 2008, p. 149-160.
  • « L’architecture comme “acte de foi”, lecture ruskinienne », Le visiteur, n°12,  2008, p 112-122.
  • « Sophisticated Geometry, Baroque Composition », in Pespective, projection, projet, New York, , Routledge, 2007, p. 105-114.

Rapports de recherche :

  • Figures des territoires de l'entropie, climats et recroissances des métropoles transfrontalières, Proposition pour le programme interdisciplinaire de recherche Ignis mutat res, penser l'architecture, la ville et les paysages au prisme de l'énergie, Florian Hertweck, Djamel Klouche, Philippe Potié (dir.), LéaV, 2011. Projet sélectionné, recherche en cours.
  • Le Plan Urbanisme Construction Architecture, histoire et devenir d’une politique d’expérimentation, Plan Urbain Construction Architecture, 2007. (histoire des politiques d’expérimentation du PUCA).
  • Société et techniques constructives, Plan Urbain Construction Architecture, 2003.
  • Une nouvelle formation des architectes pour la reprise des cadres bâtis existants, Plan Urbain Construction Architecture, programme « Concevoir pour l'existant », 2003.
  • Un joint-venture architectural : B.D.P. / Groupe 6, contrat Plan Construction, programme « Euro-conception », 1996.
  • Les cultures techniques des métiers du bâtiment, contrat Plan lieux de travail et constructions publics, 1990.