• user notice: The custom_breadcrumbs_nodeapi() function called token replacement with an array rather than a string for $text in /srv/www/leav.versailles.archi.fr/public_html/sites/all/modules/contrib/token/token.module on line 263.
  • user notice: The custom_breadcrumbs_nodeapi() function called token replacement with an array rather than a string for $text in /srv/www/leav.versailles.archi.fr/public_html/sites/all/modules/contrib/token/token.module on line 263.

Énergie-climat-environnement

Axes de recherche 2014-2019

Énergie-climat-environnement

 

La thématique « énergie-climat-environnement » est aujourd’hui fortement représentée au sein du LéaV, en relation aussi avec l’enseignement de cycle master et doctorat. Elle est également reliée à la question du développement territorial. Dans la suite des programmes « Innovation, conception, architecture et développement durable » et « Territoires et énergie », trois chantiers sont envisagés. Outre les partenariats de grandes entreprises déjà engagés au cours du contrat 2010/2013, ces recherches devraient trouver des synergies dans le cadre du campus Saclay.

 

  • Cycles ou circuits énergétiques.

La montée en puissance des préoccupations environnementales, et le retour de la crise, ont fait envisager l’acte de bâtir au sens large dans un processus en boucle duquel aucune matière ne sort. Après des recherches consacrées aux territoires de la décroissance, à la théorie de la ville archipel et aux territoires de l'énergie, les perspectives de la recherche qui sera pilotée par F. Hertweck vont se focaliser sur un des thèmes abordés dans le cadre du programme de recherche interministériel Ignis Mutat Res : les cycles ou circuits énergétiques. Puisque dans le discours sur l'architecture et les villes, depuis très peu de temps, on commence seulement à penser les cycles de vie d'un bâtiment, d'une ville ou d'un territoire ensemble – depuis la production jusqu'au recyclage, en passant par l'usage et la consommation –, cette recherche approfondira à plusieurs échelles cette question d'une « économie circulaire », sur laquelle l'industrie automobile par exemple travaille depuis les années 1980. Intégrant à la fois une dimension épistémologique et appliquée, cette recherche devrait bénéficier du rapprochement récent du LéaV et de l’équipe du professeur P. Droege, à l’Institut d’architecture et d’urbanisme de l’Université de Lichtenstein (Allemagne), président d’Eurosolar et président général du Conseil mondial des énergies renouvelables. Une thèse (inscription 2014-2015) sera associée à ces travaux.

 

  • Conception énergétique des bâtiments.

Les travaux, pilotés par N. Hoyet, sur la conception énergétique des bâtiments et des îlots à énergie positive et à faible impact environnemental, se poursuivront avec le consortium piloté par EDF R&D, dans le cadre du projet « MERUBBI » [Méthodes d’exploitation des ressources utiles du bâtiment bioclimatique sans son îlot], sélectionné dans le cadre de l’appel à projets 2013 de l’ANR, programme « Villes et bâtiments durables ». Beaucoup d’outils et de modèles actuels de conception ou de dimensionnement des bâtiments, des équipements, des infrastructures, reposent sur des hypothèses que rendent caduques les nouvelles cibles de performance énergétique. Il s’agit donc de revoir ces outils, destinés aux acteurs du processus de conception, réalisation et rénovation, de revoir également les relations entre conception et usages, à l’aune de ces nouveaux enjeux. Aussi, il est prévu que les solutions soient élaborées dans un allez-retour entre « modélisation » multi-physique et questionnements sur leur capacité d’acceptabilité et d’appropriation dans le cadre du projet architectural et urbain. Ce programme sera mené en étroite relation avec l’enseignement des cycles doctorat ou master : groupe de projets « Cultures constructives et qualité environnementale » ; unité d’enseignement de projet urbain du master spécialisé « Construction durable et éco-quartiers ».

 

  • Léthé, vers une nouvelle terre.

Le projet se place dans une nouvelle perspective face au développement urbain du Grand Paris, en visant à réhabiliter des étendues aujourd’hui à l’abandon ou en attente d’urbanisation, comme source d’énergie nouvelle. En s’appuyant sur un travail collaboratif entre urbanistes, architectes et ingénieurs, il s’agit plus concrètement, de pénétrer au cœur même de la démarche projectuelle par le prisme de l’énergie. En effet, cette proposition vise en premier lieu le point de rencontre entre discipline architecturale et science des ingénieurs, en considérant le projet comme démarche expérimentale, où s’entrecroisent savoir de l’ingénieur et invention architecturale. Cette démarche vise à produire les éléments propres d’une intelligence technique qui se manifesteront dans une série de maquettes réelles et/ou virtuelles, pour constituer les dispositifs architecturaux d’une « nouvelle terre ». Le projet, piloté par R. Rouyer, est en cours de structuration dans le cadre d’un élargissement de ses partenariats scientifiques et d’entreprises. Une thèse (S. Rinckel) est en préparation.